Hommage au capitaine Michel Aïkpé : poème « La mémoire n’oublie pas 42 ans ».

La mémoire n’oublie pas 42 ans…

Comment oublier ?

Comment oublier 42 fois chaque année passée ?

42 fois, est peu suffisant  : car 42 ans, plus que 42 fois…

Comment  oublier 42 ans ?

42 ans : le compte est le temps passé

Michel Aïkpé, quand il  a été assassiné,

Bien jeune,  à 33 ans comptés,

N’a pu jamais avoir 42 ans d’existence sur terre

De vie !

Mort bien jeune : 33 ans… Vite !

Michel Aïkpé,

Aujourd’hui,  42 ans depuis sa mort cruelle…

Enterré sous la terre béninoise, vite,

Pour éviter la révolte du peuple…

Michel Aïkpé,

Une fierté de l’armée béninoise : parachutiste assassiné …

Enterré sans honneur

Mémoire bafouée

Allongé au sol dans un slip rouge dans une marre de sang…

Il est enchaîné

Même après sa mort…

Pourquoi ?

Je demande : grâce

Je demande guérison…

Aidez-nous à oublier, cette souffrance collective,

Monsieur le  nouveau Président du Bénin ;

Aidez-nous à rétablir l’histoire,

L’histoire de nos enfants, de nos frères, de nos amis ; de nos morts et

De ces monuments historiques oubliés !

Car un peuple qui oublie son passé

Ne pourra se libérer

Des souffrances vécues…

Et sera enchaîné par ses propres peurs

Michel Aïkpé,

Monument historique

Dans l’histoire du Bénin…

S’il ne figure pas dans les archives

L’histoire aura des fissures

Et la mémoire, des blessures ;

La mémoire collective, sera à son tour, assassinée…

Hommage !

Edwige Chekpo, 21 juin 2017. Copyright

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s